Incendie: une entreprise blainvilloise veut conquérir le monde

Auteur: Christian Asselin

Publié le 23 juin 2016

Huit ans plus tard

Après huit années de recherches et de développement, les dirigeants de Drago, une entreprise de Blainville, avaient convié les représentants des médias à Laval, mercredi, sur le site de l’Institut de protection contre les incendies du Québec (IPIQ), afin de leur présenter, enfin, le canon à incendie qu’ils ont créé en s’inspirant d’un réacteur d’avion. La démonstration qu’ils ont offerte a été concluante.

De nombreux élus, partenaires et représentants de services de sécurité incendie d’un peu partout au Québec se sont déplacés pour assister à cette présentation. Ils y ont notamment appris, de la bouche de Simon Villeneuve et Éric Bédard, respectivement président et vice-président de Drago, que le canon qu’ils ont à proposer aux services incendie de partout dans le monde permettra, entre autres, de diminuer les délais d’intervention tout en optimisant l’utilisation de l’eau. De plus, promettent les dirigeants de Drago, les coûts associés au déploiement de ressources humaines et matérielles lors d’interventions sur des incendies seront inférieurs.

« L’idée mijotait depuis très longtemps, a indiqué Simon Villeneuve, depuis les feux du Koweït en fait alors que les pompiers ne savaient pas comment les éteindre tellement ils étaient puissants. Ce sont eux qui ont eu l’idée de prendre des réacteurs d’avion, de les tourner de bord tout simplement et de créer une ventilation en envoyant des jets d’eau. »

Ce système imaginé au Koweït par les Allemands et les Russes avait coûté des millions de dollars à mettre en place, mais s’est avéré très efficace, éteignant les incendies, « comme on éteint une allumette », d’imager le président de Drago.

« En voyant ce système, a poursuivi M. Villeneuve, nous nous sommes dit qu’il était possible de le reproduire, pour le municipal, le privé, les pétrolières en le réduisant d’abord, puis en faisant des recherches pour obtenir la gouttelette d’eau idéale pour éteindre des foyers d’incendie de maison ou les feux commerciaux. »

C’est ainsi que les recherches ont débuté, il y a huit ans de cela.

Prototype après prototype

Pour arriver à trouver la gouttelette d’eau parfaite, les créateurs ont planché de nombreuses heures et créé de nombreux prototypes avant de pouvoir présenter le Drago final, celui qu’il souhaite aujourd’hui commercialiser.

« Nous avons commencé par tirer de l’eau, a expliqué Simon Villeneuve. La gouttelette était belle, mais, dès que nous embarquions l’air, elle changeait. Ensuite est venue la mousse. »

Le canon Drago qu’ils ont présenté pour la première fois le 20 juin, et que les services de sécurité incendie pourront utiliser davantage en mode défensif pour rabattre les flammes qu’en attaque se traîne sur une remorque et peut remplacer l’utilisation de cinq lances traditionnelles. Son débit d’eau est de 2841 litres à la minute alors que son réservoir de mousse peut en contenir quelque 2000 litres. Il peut par ailleurs créer un mur d’eau de 60 pieds de largeur.

13413085_529581270500399_6169087655373270619_n

« Imaginez son utilité dans le cas de feux de forêt tels que ceux de Fort McMurray », a renchéri Éric Bédard.

Le monde à leur portée

Destiné aux services de sécurité incendie de grande envergure, tels ceux de Montréal et Québec, le Drago trouvera aussi sa place en région où, par exemple, des regroupements de services incendie pourraient se le procurer et se le partager. Toutefois, et les fondateurs de Drago ne le cachent pas, le marché visé est planétaire.

« D’ici quelques années, a conclu Simon Villeneuve, j’aimerais voir notre Drago partout dans le monde. Beaucoup de pays n’ont pas beaucoup d’eau et ont besoin d’un impact initial important. Notre Drago, qui vaporise moins d’eau, devient alors intéressant pour ces pays-là. »

Pour en apprendre davantage sur le canon et sur cette entreprise finaliste du prix jeune entrepreneur de la MRC Thérèse-De Blainville en 2009, il suffit de visiter le: [drago-isi.com].

Autres liens concernant le DRAGO :

http://www.lapresse.ca/la-tribune/actualites/201609/18/01-5021760-une-maison-ayant-le-cancer-du-batiment-a-ete-detruite-par-le-feu.php

http://www.tvanouvelles.ca/2016/09/17/leur-maison-detruite-a-cause-dun-champignon

Merci de votre lecture

English translation: Isabelle Boulet

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s